LES IDE à l’université : et si tout partait aussi du terrain ?

Philippe DELMAS, cadre à la DSSI de Cochin/Broca/Hôtel Dieu développe une série d’arguments dans un article de la Revue Santé Mentale, au sujet de l’arrivée des infirmiers à l’université, visant à montrer qu’il s’agit d’une opportunité en demi-teinte. Nous retiendrons essentiellement que la notion de science infirmière manque de paradigme et que par conséquent la recherche infirmière sera essentiellement réalisée sous l’égide du paradigme bio-médical. Cette influence découle selon l’auteur de l’absence de création de filière universitaire spécifique avec des professionnel(les) autonomes.

SOURCE : Santé Mentale, Hors-Série Août 2010.

Ce n’est pas sans raison que l’on peut douter effectivement du développement d’une science infirmière autonome mais encore faudrait il voir ce qui se dit et se passe dans la littérature internationale. Et pour cela organiser des colloques par exemple.

Quel périmètre et quel contenu donner à une science infirmière de langue française ? La question est simple et la réponse compliquée… pour ma part je pense que le changement viendra dès que les professionnels auront intégré une culture du doute, du doute raisonnable alors qu’ils adoptent souvent un rapport d’obéissance au savoir qui fait autorité et donne du pouvoir.

C’est aussi changer le regard sur le patient qui ne doit plus être considéré comme objet de soins mais partenaire.

C’est pourquoi il faut abandonner des théories infirmières qui postulent l’insuffisance de capacités du patient ou bien un déficit de connaissances, de capacité mais opter désormais pour des théories dynamiques montrant des compétences multiples chez le patient qui peut développer des stratégies et entretient un rapport avec l’infirmier(e) qui à son tour est aussi un acteur qui peut présenter des stratégies de défense ou de soins en fonction de la relation entretenue avec le patient.

Cela nécessite de partir du terrain, position défendue par ce blog, depuis l’origine. Le terrain est notre seul source de savoir.

Cela interroge donc comment dans les unités la parole infirmière est prise en compte. Et ça…. c’est déjà plus compliqué… !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s