La blessure et la force

« Philippe Barrier, qui a passé de longues années à faire du diabète son existence même et sa pensée, c’est-à-dire sa force, sa capacité à s’individuer et à être sa blessure, comme disait Joë Bousquet, montre comment la médecine contemporaine en est venue à détruire la relation de soin. Sa démonstration est implacable, magnifique et terrible. Elle donne à voir comment une finalité, prendre soin des malades, se renverse en son contraire : nier leur existence en réduisant celle-ci au contrôle du bon fonctionnement de leurs organes naturels ou artificiels. (…)
Philippe Barrier éclaire du même coup les enjeux d’une question encore bien plus vaste, et les souffrances d’une maladie qui n’est pas seulement celle des corps et des esprits, mais celle du corps social dans son ensemble, celle d’une civilisation que l’on a cru devoir dire “technicienne” – comme si une civilisation pouvait ne pas l’être. » (B. Stiegler, préface)

LIEN VERS LE SITE DES PUF
EMISSION FRANCE CULTURE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s