BILLET DU JOUR : « Je vous raconte pas » / Les fracassés de la vie

Vous savez comment on rentabilise un infirmier ? c’est simple ! La recette c’est de considérer que ne faisant rien… on lui fasse tout faire ! De sorte qu’il devient normal d’avoir deux téléphones qui sonnent, de répondre à l’un, de faire patienter l’autre correspondant, de recevoir des consignes d’un médecin qui ne peut attendre et de donner un rendez vous à un autre patient dans des agendas aussi claire que les hiéroglyphes égyptiens et Champollion lui-même renoncerait à envisager de les déchiffrer.

Et pourtant dirais-je, malgré tout, en dépit de tout ça… les naufragés de la vie comme je les appelle viennent à nous. Ho ! PAs seulement chez nous, ce serait prétentieux… mais ceux qu’on nous envoie ou encore ceux qui balayés par les flots et d’épuisement, s’échouent sur notre île déserte. Une île dont on dit qu’elle existe mais que personne ne voit plus, alors des désespérés ou des naufragés viennent se lancer dans le courant en espérant nous trouver et parfois y arrivent avant d’avoir songer à d’autres fins.

Alors oui, avant c’était mieux disent les anciens, on avait du temps et puis il n’y avait pas « tous ces gens qui viennent demander des certificats » : des certificats d’authenticité qu’ils sont réellement dans la merde… comme si il y avait besoin d’experts pour distinguer les types de misère et les types de détresse ?

Bien sur tous ne sont peut être pas malades, vous savez cette bonne vieille maladie qui vous autorisent à avoir la compassion de TOUS, d’être bordé le soir et de recevoir le regard compatissant et aidant des bonnes âmes, non pas tous, mais tous ont besoin aussi de cette compassion !

LEs fracassés de la vie c’est aussi bien sur ces gens qu’on dit soignants et qui peinent lamentablement à faire vivre un idéal : les derniers des utopistes en somme. DU coup la définition de leur métier devient une sorte de rêve, de terre sainte lointaine et tous se fracassent aussi à tenter d’y parvenir.

Alors des fracassés rencontrent d’autres fracassés et se comprennent d’autant mieux : c’est pratique pas besoin de traducteur !

Enfin… on se rassure en se disant que tous sont malades ou un petit peu quand même alors que beaucoup ont reçu de coups du sort, des mauvaises surprises d’un avenir mal commencé et de fragilités personnelles qui trouvent preneur.

Remarquez… deux éclopés peuvent s’équilibrer s’ils ne sont pas abîmés du même côté !

Enfin comme je dis toujours… »je vous raconte pas ! »

A la prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s