SLOW

« Richard Sennett, qui poursuit une réflexion historique sur l’univers du travail. Tous deux partent d’un constat devenu banal : la dévalorisation du travail manuel en milieu scolaire et professionnel est concomitante au développement d’une « économie du savoir » caractérisée par un flux de connaissances de plus en plus superficielles et désincarnées. Comme bien d’autres, ils soulignent le caractère idéologique de cette séparation entre la tête et les mains. « Faire » c’est « penser » et réciproquement. Les aptitudes élémentaires sur lesquelles se fonde le travail artisanal – localiser, questionner, ouvrir – sont d’ailleurs identiques à celles du travail de recherche. La première implique en effet « de donner à une chose un caractère concret ; la deuxième, de réfléchir à ses qualités ; la troisième, d’en étendre le sens. » »

SOURCE : SLOW SCIENCE – LA DÉSEXCELLENCE, par Olivier P. Gosselain*. BLOG DE PAUL JORION

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s